Durant les vacances des fêtes, la semaine de relâche, l’été et des fois les fins de semaine, c’est le moment idéal pour initier les enfants à la cuisine. Popoter permet aux enfants de développer leurs habiletés culinaires, d’éveiller leur curiosité et leur intérêt envers une saine alimentation. De plus, c’est une occasion pour faire passer nos traditions familiales de génération en génération. Certains parents craignent que leur cuisine se transforme en chantier et hésitent de tenter l’expérience. Voici nos astuces de pros pour apprécier ces moments de découverte et de magie avec vos enfants.

1-Le Timing est important

Il n’y a pas de timing parfait ! Cuisiner avec de jeunes enfants, c’est un peu plus long. Assurez-vous d’avoir suffisamment de temps avant de débuter. Votre patience est un allié indispensable pour profiter de ces moments et les apprécier. En gros, on ne se lance pas dans une recette après le souper !

2-Le choix de LA recette

Votre cuistot aura plus le cœur à l’ouvrage s’il a participé à la sélection de LA recette. Avec les plus jeunes on choisit une recette simple qui contient environ 6 à 8 ingrédients maximum et une durée de préparation d’environ 20-30 minutes pas plus; pour maintenir l’attention de l’enfant et l’harmonie dans la cuisine (Hihi). Les crêpes, les biscuits, muffins, boules d’énergie, smoothies sont des bons choix.

3-Se préparer avant l’arrivée du chef du chef

Sortez le matériel et les ingrédients nécessaires à la réalisation de la recette. Préparez des linges humides pour essuyer les petits dégâts car oui, il va en avoir et cela fait partie de l’aventure. Enfilez des tabliers de cuisine, le chapeau du chef aussi. Par ici la liste des accessoires.

4-Saisir l’occasion pour enseigner des notions de bases

L’hygiène : On se lave les mains avant de commencer une recette et une fois terminée. On relève les manches et on n’essuie pas sa morve avec les mains, (ce genre de trucs de base)

Sécurité : il faut établir des règles et LES RÉPÉTER SOUVENT ! On ne se promène pas avec les couteaux et on ne joue pas au Ninja dans la cuisine. On ne touche pas aux plaques de cuisson ni aux chaudrons chauds et encore moins au batteur électrique en marche. Gardez un œil sur le chef en devenir.

Terme culinaire : saupoudrer du cacao, mesurer avec les tasses et les cuillères, peser les ingrédients, fouetter des œufs; on bonifie leur répertoire culinaire.

Mathématiques et lecture : les jeunes peuvent parfaire leur motricité fine tandis que les enfants en âge scolaire peuvent intégrer des connaissances acquises à l’école; lire les étapes et les ingrédients. On peut même faire un peu de mathématiques et compter 1-2 œufs, reconnaître des chiffres, etc.

L’origine des aliments : ça pousse où et comment un ananas ? Le livre Les Croquins est génial.

5-Chaque âge a sa tâche

Pour les plus jeunes, on leur assigne des tâches simples et rapides pour garder l’intérêt.

Sachez que dès l’âge d’un an un enfant peut s’approcher et vous regarder cuisiner. Dès l’âge de 18-24 mois et sous supervision, vous pouvez confier des étapes à votre enfant.

Les plus jeunes vont verser les ingrédients et les mélanger dans le bol, nettoyer et couper les fruits et les légumes avec un couteau en bois . Vers 3-4 ans, ils peuvent écraser des bananes et piler des pommes de terre. De 4 à 6 ans, ils peuvent mesurer les ingrédients secs ou liquides ou mettre la table. Les enfants de 6 à 8 ans peuvent préparer un déjeuner simple et les enfants de 8 à 12 ans peuvent aider à la planification des repas. Quant aux adolescents, ils peuvent suivre des recettes plus compliquées. Ces âges ne sont qu’un guide; certains enfants sont capables d’accomplir ces tâches avant ou après l’âge suggéré.

Si vous recevez (durant le temps des fêtes, ou une fin de semaine quelconque) les enfants peuvent vous aider à mettre la table, placer les assiettes et les serviettes. Ils seront fiers d’avoir participé à la réception!

Peu importe le résultat final de la recette ou de la table de réception, félicitez votre futur RICARDO !

 

 

Cosette Gergès, Nutritionniste en pédiatrie