Mise à jour février 2019, en collaboration avec Dre Marie-Josée Francoeur, Allergologue pédiatrique.

Il est estimé que 2% à 10% de la population est touchée par les allergies alimentaires; la prévention est devenue un important objectif de santé publique. Les allergènes dits prioritaires sont responsables de plus de 90% des allergies alimentaires1:

  • Arachides
  • Noix
  • Œufs
  • Lait de vache
  • Soya
  • Poissons et les fruits de mer (crustacés et mollusques)
  • Graines de sésame
  • Blé
  • Graines de moutarde

Contrairement aux anciennes directives, il est désormais recommandé d’introduire les aliments allergènes le plus tôt possible dans l’alimentation de bébé.

À quel moment introduire les aliments allergènes?

« Chez les nourrissons qui ne courent pas de risque d’allergie alimentaire ou dont le risque est faible, introduire les aliments complémentaires vers l’âge de 6 mois6 ».

Chez les nourrissons considérés à haut risque (une histoire personnelle d’atopie, y compris l’eczéma, soit un parent au premier degré présentant une atopie; par exemple : eczéma, allergie alimentaire, rhinite allergique ou asthme), envisagez l’introduction des aliments allergènes solides courants entre 4 et 6 mois, tout en encourageant et soutenant la poursuite de l’allaitement au moins jusqu’à l’âge de 2 ans.

Comment introduire les aliments allergènes?

Avec l’approche DME, il n’est pas rare que plusieurs aliments soient introduits en même temps. Pour les allergènes prioritaires, on vous suggère d’introduire un nouvel allergène à la fois pendant 3 à 5 jours pour surveiller la réaction, sans toutefois attendre inutilement entre chaque nouvel aliment. Débutez par ceux consommés à la maison et si votre nourrisson semble tolérer, il est conseillé de les servir quelques fois par semaine pour maintenir la tolérance. Introduisez les allergènes qui font partie de vos habitudes alimentaires. « Une fois l’allergène intégré, il est important de maintenir une exposition régulière (3 fois par semaine lorsque c’est possible) pour conserver la tolérance acquise » affirme Dre Francoeur, Allergologue pédiatrique.

Voici quelques suggestions pour l’introduction de chaque allergène dit prioritaire; pour l’approche DME et traditionnelle en purée:

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Télécharger le guide

 

Arachides et noix 

« Les enfants à haut risque d’allergie aux arachides sont définis comme étant ceux atteints d’un grave eczéma, d’une allergie aux œufs ou de ces deux facteurs6. »

DME : Vous pouvez étendre une mince couche (environ ½ à 1 cuillère à thé) de beurre d’arachides crémeux ou de noix sur un transporteur (une galette de riz ou un craquelin au sarrasin). Vous pouvez délayer l’équivalent de ½ à 1 cuillère à thé de beurre d’arachide crémeux ou de noix avec le lait consommé par bébé, et l’offrir à la cuillère de façon autonome (principe de la cuillère pré-remplie).

Purée : Vous pouvez délayer avec de l’eau chaude ou avec le lait consommé par bébé l’équivalent de ½ à 1 cuillère à thé de beurre d’arachides crémeux ou de noix, ou ajouter ½ à 1 cuillère à thé de poudre ou beurre d’arachides aux céréales de bébé ou à un peu de purées de fruits ou légumes.

Lorsque l’arachide est intégrée, il est important d’en offrir à votre enfant environ 3 fois par semaine pour maintenir la tolérance. Notez que chaque noix doit être introduite individuellement.

Prévention de l’étouffement : les beurres d’arachides et de noix consommés à la cuillère ou les arachides et noix entières ne devraient pas être offerts avant l’âge de 4 ans.

Œufs 

Débutez par l’œuf comme ingrédient ensuite l’œuf comme aliment.

Pourquoi? Certains enfants vont tolérer l’œuf dans une recette mais réagir à l’œuf cuit comme aliment.  Alors en pratique, lorsque possible, on commence par une recette qui contient des œufs (par exemple des crêpes, des gaufres, des muffins) et ensuite on intègre l’œuf sous forme de quiche ou omelette bien cuite.

DME :

Débutez par une lanière de crêpe ou gaufre dont la recette contient un œuf. Si bien toléré, vous pouvez offrir une lanière d’omelette, une tranche d’œuf bien cuit dans un ramequin ou un quartier d’œuf cuit dur.

Purée :

Vous pouvez écraser une petite quantité (1/2 à 1 c. à thé) d’œuf cuit et l’ajouter dans une purée de fruits ou légumes, dans les céréales de bébé, ou simplement la mélanger avec le lait habituellement consommé par votre bébé. Si bien toléré, augmentez la quantité.

Attention : l’œuf doit être bien cuit jusqu’à ce que le jaune soit solide, pour réduire le risque d’intoxication alimentaire.

Lait 

On intègre le lait de vache comme ingrédient dans les recettes de crêpes, muffins, gaufres, etc.

DME : Utilisez le lait de vache comme ingrédient dans la préparation maison de crêpes ou gaufres. Vous pouvez offrir du yogourt nature ou un fromage frais (de type ricotta et cottage) tartiné sur un transporteur ou offrir une languette de fromage ferme (tel que Cheddar ou Mozzarella).

Purée : Vous pouvez offrir une petite quantité de yogourt nature ou l’ajouter à la purée de fruits. Les céréales de bébé qui mentionnent l’ajout d’eau pour la préparation, contiennent de la poudre de lait.

Notez qu’il est recommandé d’attendre l’âge de 9 mois et idéalement 12 mois pour la transition vers le lait de vache à boire.

Attention : Si votre bébé est allergique à la protéine du lait de vache (PLV), ne pas introduire le lait avant l’accord du médecin.

Soya 

DME : Vous pouvez offrir le tofu en bâtonnets ou en cubes, selon l’âge de votre bébé et même l’intégrer dans une recette de croquettes.

Purée : Vous pouvez offrir le tofu soyeux nature ou mélangé dans une purée de fruits. Vous pouvez également émietter le tofu ordinaire et le mélanger à une purée de légumes. La purée de fève de soya est également une alternative

Attention : Si votre bébé est allergique au soya, ne pas l’introduire avant l’accord du médecin.

Poissons et fruits de mer (crustacés, mollusques)

DME : Vous pouvez présenter les poissons en languettes ou en cubes grillés ou intégrer les poissons et fruits de mer dans les croquettes faites maison.

Purée : Vous pouvez l’offrir en purée lisse ou écraser les poissons à chaire molle et les mélanger avec un peu de lait au besoin. Les poissons à chaire plus dure et les fruits de mer peuvent être passés au robot afin d’obtenir la texture désirée.

Chaque poisson et fruit de mer doit être introduit individuellement.

Attention : Ils doivent tous être bien cuits.

Sésame

Si possible, débutez par les graines de sésame et si bien toléré, intégrez la pâte de sésame (tahini) dans du hummus.

Pourquoi? Certains enfants vont tolérer les graines de sésame mais réagir à la pâte de sésame (beaucoup plus concentrée donc hautement allergène)

DME : Débutez par les graines de sésame via un pain hamburger, un pain multigrain, une biscotte, un craquelin ou un morceau de bagel avec des graines de sésame. Ramollir le bagel dans une compote ou dans le lait que bébé consomme. Si bien toléré, Vous pouvez tartiner du hummus sur un transporteur.

Purée : Si bébé s’alimente en texture purée exclusivement, vous pouvez mélanger une petite quantité de tahini dans les céréales de bébé ou dans une purée de légumineuses comme du hummus. Si bébé a progressé vers les morceaux, on peut lui présenter les graines de sésame via un pain hamburger, un pain multigrain, une biscotte, un craquelin ou un morceau de bagel avec des graines de sésame.

Blé

DME : Vous pouvez offrir un morceau de pain de blé grillé, ou des pâtes alimentaires.

Purée : Vous pouvez offrir une céréale de bébé à base de blé ou ajouter de la crème de blé à sa purée.

Moutarde

DME : Vous pouvez intégrer la moutarde en poudre ou en condiments (Dijon, préparée, à l’ancienne, etc.) dans une recette de boulettes ou pain de viande. Vous pouvez faire mariner une viande ou un substitut dans une marinade contenant de la moutarde.

Purée : Vous pouvez ajouter la moutarde en poudre ou en condiments dans une purée de légumes ou de viande ou substituts.

Quels sont les signes d’une réaction allergique?

  • Apparition de plaques rouges enflées (urticaire) surtout si se généralisent (beaucoup de nourrissons avec une peau sensible font des rougeurs autour de la bouche en contact d’aliments acides, vinaigrés ou épicés);
  • Enflure des lèvres, des paupières, de la langue;
  • Vomissements en jet ;
  • Changement de voix ou timbre de pleurs;
  • Difficulté à respirer;
  • Changement rapide de comportement ou de l’état général, etc.

Si votre bébé présente un ou plusieurs de ces signes peu de temps après l’ingestion d’un aliment, cessez la consommation et contactez 911.  Si votre enfant présente des symptômes retardés (> 2 heures à quelques jours après l’ingestion) gastro intestinaux tels que des vomissements, des diarrhées, des douleurs abdominales, etc., cessez l’aliment et consultez votre médecin ou contactez 811. Bien que ces symptômes isolés ne mènent pas à l’anaphylaxie, ils peuvent être signes d’une réaction allergique.

Ces recommandations sont générales, si vous avez des craintes ou des questions concernant l’introduction des allergènes ou les réactions possibles chez votre nourrisson, contactez votre médecin ou allergologue.

 

Cosette Gergès et Marjorie Edger, Nutritionnistes en pédiatrie

En collaboration avec Dre Marie-Josée Francoeur, Allergologue pédiatrique

Mise à jour février 2019

 

 

Références :

  1. Allergies Québec
  2. L’Association des Allergologues et Immunologues du Québec
  3. Randomized trial of peanut consumption in infants at risk for peanut allergy. Du Toit G, Roberts G, Sayre PH, Bahnson HT, Radulovic S, Santos AF, Brough HA, Phippard D, Basting M, Feeney M, Turcanu V, Sever ML, Gomez Lorenzo M, Plaut M, Lack G; LEAP Study Team. N Engl J Med. 2015 Feb 26;372(9):803-13.
  4. Société canadienne de pédiatrie. « L’exposition alimentaire et la prévention des allergies chez les nourrissons à haut risque », 1erfévr. 2016 (consulté le 19 mai 2018)
  5. Santé Canada. (2015). La nutrition du nourrisson né à terme et en santé : Recommandations de la naissance à six mois.
  6. Société canadienne de pédiatrie. « Le moment d’introduire les aliments allergènes solides chez les nourrissons à haut risque », 24 janvier 2019
  7. Les risques d’étouffement à surveiller